Publié dans voyage

Lille

Lille
Lille image source Velvet

A l’époque médiévale, la cité lilloise était enserrée dans les bras de la Deule, ce qui explique l’orthographe première de son nom, l’Isle, qui apparaît dans l’histoire au XIe siècle. Successivement possession des comtes de Flandres, puis des ducs de Bourgogne, la ville prospère sous l’impulsion de marchands entreprenants. Devenue française en 1667, après neuf jours d’un siège dirigé par Louis XIV, la ville est coupée de son arrière-pays flamand ; mais elle compensera cette perte en trouvant en France de nouveaux débouchés pour son négoce. Désormais reconnue capitale de la Flandre française, Lille connaît (avec son agglomération) dès le début du XIXe siècle une intense activité dans la filature de la laine et du coton. Cette expansion rapide de l’industrie textile y donne naissance à un prolétariat urbain dont Victor Hugo immortalisera le tragique destin. Depuis  1945, Lille assume avec succès sa vocation de métropole régionale au sein de cette Europe du nord-ouest particulièrement peuplée. Au cours des 30 dernières années, le visage de la ville s’est beaucoup modifié : toujours débordante d’activité, elle continue à se transformer au rythme des changements imposés par l’évolution des techniques ; le quartier du Forum est devenu le nouveau centre des affaires, et un autre quartier nouveau a vu le jour autour de la gare du TGV ; mais ce souci de modernité va de pair avec celui de reconquête ou de développement de la qualité de vie.

Lille
Lille

A ne pas manquer :

  • La place du général de gaulle – colonne surmontée d’une statue de la déesse tutélaire de la ville commémorant le siège de 1792, le grand’garde, ancien corps de garde du début du XVIIIe siècle, l’ancienne bourse –
  • la place ribour – vestiges du palais ribour, XVe siècle, dissimulés derrière le gigantesque monument aux morts, ancienne résidence des ducs de bourgogne, l’église saint-étienne, ancienne chapelle du collège des jésuites –
  • La place du théâtre – le grand théâtre, bâti vers 1910 dans le style Louis XVI et la nouvelle bourse surmontée d’un beffroi dans le style flamand du XVIIe siècle, en face de la nouvelle bourse, alignement de demeures à pilastres appelé “rang de Beauregard”, caractéristique de l’architecture lilloise de la fin du XVIIe siècle –
  • L’église saint Maurice – à cinq nefs, surmontée d’une belle tour dentelée –
  • Dans la rue de Paris, l’hospice Gantois, et au bout la porte de Paris – élevée à la fin du XVIIe siècle, en l’honneur de Louis XIV –
  • l’hôtel de ville, dominé par un beffroi de 104 m – à la base duquel sont sculptés les 2 géants lillois Phynaert et Lydéric : au sommet, belle vue sur l’agglomération lilloise –
  • Sur la place de la république, le palais des beaux-arts – l’un des plus riches musées français de province où toutes les grandes écoles de peinture sont représentées depuis les primitifs flamands jusqu’aux impressionnistes –
  • Le quartier du vieux Lille – maisons en brique et pierre des XVII et XVIIIe siècles –
  • De la rue de la Monnaie, hospice Comtesse abritant le musée régional d’arts et traditions populaires.
  • Place Louise de Bettignies -plusieurs maisons de style renaissance flamande restaurées
  • A proximité de la cathédrale Notre dame de la Treme – inachevée – la citadelle – oeuvre de Vauban – la plus importante et la mieux conservée de France, vaste place d’armes pentagonale.
  • La maison natale du générale de Gaulle – à l’intersection de la rue Royale et de la rue princesse, petit musée – le musée d’histoire naturelle.

Aux environs:

  • Villeneuve-d’ascq – cité universitaire scientifique de Lille et musée d’Art moderne du nord constitué à partir de la prestigieuse donation Masurel, nombreuses œuvres exécutées entre 1900 et 1940, et notamment des toiles de tous les grands maîtres du cubisme –
  • Annapes – ferme Delporte abritant un musée du Terroir –
  • Roubais – ancienne filature de coton, témoignage de l’architecture industrielle du XIXe siècle, abritant le centre des archives du monde du travail –
  • Tourcoing – église saint christophe, au clocher de 85 m, abritant un célèbre carillon, et le musée des beaux arts –
  • la Chapelle d’Hem (1958) – au sud de Roubaix – superbes murs-vitraux du peintre Manessier –
  • le château du Vert-bois – XVIIIe siècle au sud ouest de Tourcoing (riches collections de céramiques, de peintures et de minéraux, les expositions sont organisées par la Fondation Septentrion-
  • Wattrelos – musée des arts et des traditions populaires –
  • Armentières – en direction de Bailleul, brasserie interbreur, musée évoquant la fabrication jadis artisanale de la bière –
  • Seclin – hôpital fondé au XIIIe siècle, de style baroque flamand, église paroissiale Saint-Piat – XIIIe siècle, ancienne collégiale, bâtie sur une crypte mérovingienne abritant le sarcophage du IIIe siècle de saint Piat, recouvert d’une dalle funéraire du XIIe siècle –
source : les plus belles promenades du patrimoine en France / france loisirs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.