Publié dans voyage

Les monts d’Arrée

Les monts d'Arrée
Les monts d’Arrée image source Sting

Circuit : 155 km

Une barre montagneuse coupe en deux la pointe d’Armorique, isolant le nord et le sud du Finistère. Les monts d’Arrée ne dépassent pas 384 m d’altitude, mais quels paysages sauvages ! Landes au Roch Trévézel, lac et marais à Saint-Michel, forêt profonde et chaos rocheux à Huelgoat. Et c’est au pied de cette drôle de montagne que de gros bourgs comme Pleyben, Brasparts et Saint-Thégonnec abritent les chefs d’œuvre de l’art religieux breton : les enclos paroissiaux.

Itinéraire

  • Partez de Morlaix (1)
  • Suivez les panneaux « toutes directions » vers la D769 et carhaix-Plouguer. (Si vous êtes intéressé par la randonnée autour de Saint-Thégonnec – prenez la N12 à Morlais Nord)
  • Suivez la D769, très pittoresque et vallonnée, sur 24 km, puis tournez à droite dans Berrien et prenez la D14, qui descend sur Huelgoat. (2)
  • Continuez sur la D14 sur 16 km, à travers la campagne, avant de bifurquer à droite, sur la D21, en direction de Brasparts. (3)
  • Prenez la D785, vers Pleyben (4)
  • A Pleyben, vous retrouvez la N164 ; suivez la direction de Châteauneuf-du-Faou et de Carhaix-Plouguer pendant 16 km ; dépassez Ty Blaise et rendez-vous à Châteauneuf-du-Faou. (5)
  • Retrouvez la N164 et suivez cette très jolie route en longeant l’Aulne jusqu’à Carthaix-Plouger (6)
  • A Carhaix, prenez la D764 en direction de Huelgoat, et après 3 km, tournez à droite sur une petite route, vers Poullaouen, en empruntant la D769 ; traversez Locmaria-Berrien et suivez la petite rivière de l’Argent jusqu’à Berrien (7)
  • A l’intersection des D769 et D42, prenez la D42 à droite, à travers bois, vers Serignac et Guerlesquin.
  • La D42 court à travers les champs et les landes de bruyère, puis traverse Serignac. Empruntez ensuite la D54 à gauche pour rejoindre la D9 vers Plougonven (8)
  • Restez sur la D9 et revenez à Morlaix

L’impressionnant viaduc ferroviaire de Morlaix

Curiosités

  1. Au fond de l’estuaire du Dossen, Morlaix est un port, bien qu’il se trouve à 16 km à l’intérieur des terres. Le bâtiment le plus intéressant de la ville domine les toits : c’est un énorme viaduc ferroviaire du XIXe siècle, de 58 m de haut. Morlaix forme frontière entre les anciens évêchés du Léon et du Trégor, que sépare la rivière. Le centre ville, toujours animé et attrayant, possède de belles boutiques et plusieurs restaurants agréables.
  2. Huelgoat peut prétendre au titre de capitale de l’Argoat, le pays des Forêts. C’est le point de départ de nombreuses excursions à travers bois par des chemins balisés ; on connaît surtout la courte promenade qui va de l’étang situé en bas de la ville à la Roche tremblante de 100 t, que chaque visiteur essaie d’ébranler. Vous pourrez découvrir la remarquable forêt, ses jolis ruisseaux et son chaos de blocs de granit couverts de mousse, ainsi que l’étang, très poissonneux, où les pêcheurs s’en donneront à coeur joie.
  3. Brasparts abrite un enclos paroissial et un calvaire qui offre, parmi d’autres scènes, saint Michel terrassant le dragon. L’église, remaniée au XVIIIe siècle, possède une superbe vierge de pitié du XVIe siècle et un beau vitrail du bâtiment d’origine. Le village lui-même est charmant, niché dans la campagne environnante.
  4. Pleyben possède un magnifique enclos paroissial ; un pardon annuel y est célébré le premier dimanche d’août. Le calvaire, qui date du milieu du XVIe siècle, fut déplacé et enrichi en 1743. L’église, flanquée de deux clochers, est très richement ornée à l’intérieur comme à l’extérieur. Avec l’ossuaire, qui date lui aussi du XVIe siècle, l’enclos paroissial de Pleyben constitue un ensemble harmonieux.
  5. La charmante petite ville de Châteauneuf-du-Faou se dresse au bord de l’Aulne, paradis des pêcheurs de saumon ; elle est pourtant assez éloignée de la mer et très en amont du grand centre de la pêche au saumon de Châteaulin. Les non-pêcheurs trouveront également le décor plaisant, car la ville, bâtie à flanc de colline, ouvre un joli panorama sur la rivière et la campagne environnante. La chapelle de Notre-Dame-des-Portes constitue une autre curiosité ; comme beaucoup d’églises bretonnes, elle célèbre un pardon chaque année, en l’occurrence le troisième dimanche d’août. L’Aulne est une très jolie rivière, et ses rives offrent de belles promenades.
  6. Carhaix-Plouguer, gros bourg au croisement de plusieurs routes, est souvent très encombré. Centre de l’industrie laitière locale, il accueille également diverses foires et manifestations, ce qui explique la présence de ses nombreux hôtels. Parmi les curiosités, visitez l’église de Plouguer, ses fondations romanes et sa nef du XVIe siècle, ainsi que la Maison du Sénéchal, qui abrite désormais le syndicat d’initiative.
  7. Petit village du parc d’Armorique, près des landes des monts d’Arrée, Berrien draine de nombreux touristes et randonneurs, attirés par la beauté de la région et des environs de Huelgoat. Juste à l’ouest de Berrien, on peut encore voir les vestiges de l’ancienne route romaine qui reliait Carhaix à la côte.
  8. Plougonven, charmant petit village dans une région qui comporte beaucoup de jolis hameaux, est célèbre pour son enclos paroissial. On dit que son calvaire, qui date de 1554, est le plus vieux de Bretagne. Les sculptures représentent quelques superbes scènes, dont une descente de croix et une mise au tombeau. L’église, encore plus ancienne, remonte à 1523.

La jolie ville de Châteauneuf-du-Faou, bâtie à flanc de colline

l’enclos paroissial de pleyben

Les enclos paroissiaux sont beaucoup moins répandus en Bretagne que les affiches touristiques le laissent supposer ; les plus caractéristiques se trouvent à l’ouest de l’itinéraire que suit cette excursion, dans les villages de Saint-Thégonnec, Guimiliau et Lampaul-Guimiliau, tous au sud-ouest de Morlaix. Ces splendides églises furent construites à l’époque de la Contre-Réforme, à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle.

L’enclos paroissial traditionnel comprend trois aliments : l’église, généralement grande et bien entretenue, aux nombreux vitraux et statues ; l’ossuaire, où l’on conservait les anciens ossements exhumés pour laisser la place aux nouveaux défunts ; enfin, dans le cimetière, le grand calvaire sculpté montrant la Crucifixion ainsi que des scènes des Ancien et Nouveau Testaments. L’ensemble, objet de fierté locale, témoigne de la force des convictions religieuses du peuple breton.

l’enclos paroissial de Pleyben

source les plus belles promenades du patrimoine en France / france loisirs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.